Les interventions de la Caisse des dépôts et consignations dans le tourisme interrogent la Cour des comptes

Les interventions de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) en matière de tourisme interrogent la Cour des comptes.

Depuis 2013, les interventions de la CDC en faveur du tourisme sont classées prioritaires dans ses orientations stratégiques. Entre 2012 et 2017, le groupe a apporté, sous forme de participations ou de prêts, 606 M€ aux politiques de tourisme conduites par l’État et les collectivités locales notamment au travers du programme gouvernemental en faveur du tourisme 2015-2020.

La Cour note que cette structure se désengage largement de ce secteur en tant qu’opérateur (sauf pour la Compagnie des Alpes), ce que la Cour regrette plutôt (ah ? ce point nous semble discutable) même si dans certains cas (le développement du ski dans le Caucase !? sous pression du Gouvernement de l’époque…) la CDC aurait du ne pas s’engager du tout.

 

La Cour estime que les objectifs de la CDC en matière de tourisme risquent de ne pas être atteints (notamment le Plan Fabius), car le rôle de financeur qu’elle privilégie désormais limite la portée de ses interventions.

La Cour formule cinq recommandations visant à assurer une meilleure coordination et efficacité des actions menées dans ce secteur par la CDC et les entités qui la composent.

Voici ces recommandations :

 

Recommandation n° 1 (CDC) : Pour assurer une plus grande transparence des informations communiquées à la commission de surveillance, prendre en compte les abandons d’opérations et indiquer les montants décaissés dans le bilan de la consommation de l’enveloppe FDT – Équipement et Territoires.
Recommandation n° 2 (CDC) : Présenter au comité de direction et à la commission de surveillance un bilan des actions menées en matière de tourisme qui permette de connaître de façon consolidée les opérateurs et la nature des hébergements qui ont fait l’objet d’un financement, quels que soient les outils.
Recommandation n° 3 (CDC) : Mener à son terme le processus de désengagement de la Foncière développement tourisme qui vient d’être décidé.
Recommandation n° 4 (CDC) : Formaliser les modalités selon lesquelles la Banque des Territoires assurera la coordination effective des interventions du groupe CDC en matière de tourisme.
Recommandation n° 5 (CDC) : Améliorer le suivi des actifs financiers détenus dans le secteur du tourisme en passant régulièrement en revue le portefeuille dans le cadre de réunions thématiques du CODIR du groupe et, dans ce cadre, mieux suivre la concentration du risque au sein du secteur.

 

On notera pour notre part que prendre encore plus de recul pour se demander si ce secteur n’a pas vocation à se développer sans cet interventionnisme public (et en distinguant entre régulation et ingénierie ; cf. Atout France)…

En attendant, indispensable pour lire en toute élégance sur une plage grecque, voici ce rapport :

 

20190724-S2019-1312-intervention-CDC-en-matiere-de-tourisme

 

 

Capture d’écran 2019-08-05 à 00.07.29