Les pieds nickelés à l’assaut du Roundup… ou « de l’intérêt de donner des cours de droit public aux porte-paroles nationaux des grands partis politiques »…

C’est l’histoire de gribouille au tribunal administratif. Des pieds nickelés perdus dans les méandres du droit public et, pis encore, de leur propre droit interne.
Capture d’écran 2019-11-20 à 23.51.56.png
Une requête avait été présentée au nom d’Europe Ecologie – Les Verts, par M. Julien B., porte parole national de ce parti politique.
Cette requête demandait l’annulation d’un refus d’abrogation de l’autorisation de mise sur le marché du Roundup 720.
Qu’en pense le tribunal administratif de Lyon ?
Sur le fond on ne le saura pas, ou pas encore.
Car force fut au juge de rejeter cette requête, pour un motif de procédure, sans examiner le fond de l’affaire.
L’auteur de la requête, M. Julien B., n’avait en effet  pas justifié de sa qualité pour agir en justice au nom d’Europe Ecologie – Les Verts. Il a certes vaguement produit un document non signé…

Très fort.

Voir TA Lyon, 19 novembre 2019, n°1808739 :

1808739