La FNCCR demande que l’eau soit préservée des prix qui flambent (ou plus précisément des coupures…)

Entre sobriété des consommations et exubérance des facturations, la FNCCR demande une « sanctuarisation »… celle « des installations du cycle de l’eau, pourtant essentielles à la vie des citoyens, à la transition écologique et à la salubrité ».
C’est à lire ici :