Recensement de la population avec recours à des entreprises : l’expérimentation, repoussée à 2022, attire moins de volontaires

L’expérimentation du recensement fait par une entreprise, en raison de la crise sanitaire, n’a pu avoir lieu en 2021. Celle-ci est donc reportée aux années 2022, 2023 et 2024… 

Sauf que, sur la ligne de départ de 2022, par rapport à ce qui était prévu pour 2021, on compte deux communes de plus… et seize de moins (sans que la taille en nombre d’habitants des arrivants ne compense celle des territoires sortants de l’expérimentation au moins pour l’année 2022).

 

 

L’article 127 de la loi n° 2019-486 du 22 mai 2019 relative à la croissance et à la transformation des entreprises prévoit en effet une expérimentation permettant aux communes et EPCI de recourir à une entreprise prestataire pour la réalisation des opérations de collecte de recensement de la population.

Voir :

Le décret n° 2019-1173 du 14 novembre 2019 en précise les modalités d’application. Voir :

 

Ce régime permet, à titre expérimental, pendant trois années, pour les enquêtes annuelles de recensement, dans les communes et les établissements publics de coopération intercommunale désignés par décret, des modalités particulières de recensement.
Une des modalités prévues par ce texte consiste à recourir à des agents d’un prestataire auquel la commune ou l’établissement public de coopération intercommunale décide de confier la réalisation des enquêtes dans le cadre des procédures d’achat public.
Le décret publié ce matin précise les années d’enquêtes concernées par l’expérimentation, les modalités à suivre pour les entreprises participant à l’expérimentation et détermine les modalités de suivi de l’expérimentation ainsi que les modalités d’association au bilan des communes, établissements publics de coopération intercommunale et administrations concernés.
La liste des communes autorisées chaque année à mener cette expérimentation sera pour sa part fixée par un décret distinct de celui-ci.
Dans ce décret, un régime de candidature auprès de l’INSEE est prévu…. ce qui a conduit dans un premier temps au décret n° 2020-908 du 24 juillet 2020 (NOR: ECOO2019049D), que voici : 

Sauf que les trois années d’expérimentation initialement prévues dans ce décret étaient les années 2019, 2020 et 2021. Compte-tenu de la crise sanitaire, l’enquête de recensement de 2021 a été reportée dans toutes les communes à l’exception de Mayotte.
L’expérimentation prévue en 2021 n’a donc pas pu avoir lieu.
Un nouveau décret a donc été publié :
Ce décret modifie donc les trois années initialement prévues pour l’expérimentation (qui deviennent « 2022, 2023 et 2024 »).
Ce décret fixe par ailleurs la liste des communes autorisées à mener cette expérimentation lors de l’enquête de recensement de 2022… où l’on notera incidemment :
  • les effets de la faible intercommunalisation ou mutualisation de cette compétence (ou la faible appétences des intercommunalités pour ces nouvelles modalités, mais à notre connaissance c’est surtout que cette compétence est peu intercommunalisée et nous l’avons également peu rencontrée dans les domaines mutualisés).
  • le fait que la liste des communes concernées s’avère singulièrement moins ample que dans le décret précédent, un grand nombre de communes ayant décidé de se retirer de l’expérimentation, au moins pour 2022). Deux territoires en revanche ont rejoint le groupe.

 

La liste de ces EPCI et, surtout, communes est donc la suivante (nous avons mis en souligné les deux ajouts et en barré les nombreux retraits) :

  1. Agen (47001) (se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  2. Argentan (61006).
  3. Athis-Mons (91027).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  4. Aureilhan (65047).
  5. Avrillé (49015).
  6. Besse-et-Sainte-Anastaise (63038).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  7. Bordère-sur-l’Echez (65100).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  8. Bouguenais (44020).
  9. Caen (14118).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  10. Candé (49054).
  11. Carpentras (84031).
  12. Castelsarrasin (82033).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  13. Concarneau (29039).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  14. Croissy-sur-Seine (78190).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  15. Dinan (22050).
  16. Elbeuf (76231).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  17. Fenouillet (31182).
  18. Grand-Couronne (76319).
  19. Houilles (78311).
  20. Indre (44074)(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  21. La Chapelle-Saint-Mesmin (45075).
  22. La Chapelle sur Erdre (44035) (ajouté par ce nouveau décret donc)
  23. Loupiac (33253).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  24. Moret-Loing-et-Orvanne (77316).
  25. Sablé-sur-Sarthe (72264).
  26. Saint-Prix (95574).
  27. Saint-Sébastien-sur-Loire (44190).
  28. Sées (61464).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  29. Sens (89387).
  30. Tonnay-Charente (17449).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  31. Ussac (19274).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  32. Valenciennes (59606).
  33. Valpuiseaux (91629).(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)
  34. Vergèze (34344).
  35. Vichy (03310) (ajouté par ce nouveau décret donc)
  36. Vineuil (41295)..(se retire de l’expérimentation donc au moins pour 2022)

 

 

Soit désormais la liste suivante :

  1. Argentan (61006).
  2. Aureilhan (65047)
  3. Avrillé (49015)
  4. Bouguenais (44020)
  5. Candé (49054)
  6. Carpentras (84031)
  7. Dinan (22050)
  8. Fenouillet (31182)
  9. Grand-Couronne (76319)
  10. Houilles (78311)
  11. La Chapelle Saint Mesmin (45075)
  12. La Chapelle sur Erdre (44035)
  13. Moret-Loing-et-Orvanne (77316)
  14. Sablé-sur-Sarthe (72264)
  15. Saint-Prix (95574)
  16. Saint-Sébastien-sur-Loire (44190)
  17. Sens (89387)
  18. Valenciennes (59606)
  19. Vergèze (30344)
  20. Vichy (03310)