Outre-mer, l’impôt prend l’eau. La Cour des comptes propose des rustines.

La Cour des comptes a examiné l’établissement, le contrôle et le recouvrement de l’impôt dans les départements et régions d’outre-mer pour les exercices 2011 à 2016.

Le constat est redoutable : ces missions ne sont pas assurées dans les mêmes conditions de qualité selon les territoires… Avec une gradation qui ne surprendra pas les praticiens :

  • acceptable à La Réunion,
  • dégradée en Guadeloupe et à la Martinique,
  • très dégradée en Guyane et à Mayotte.

Des défauts d’ordre juridique (impôts non prélevés malgré des bases juridiques existantes, taxes non perçues par défaut de fondement juridique, taxes perçues sans fondement juridique) sont à corriger sans délai.

La coopération entre les collectivités territoriales et les administrations fiscales doit en outre progresser, selon la Cour des comptes qui émet quatre recommandations.

Voici ce document :

20180625-refere-S2018-0132-impot-outre-mer