Voici le modèle de directives anticipées sur la fin de vie

L’affaire Vincent Lambert peut passionner le juriste, le moraliste, le croyant ou l’incroyant, l’amateur de curiosités juridiques (ressusciter la voie de fait au terme d’un pareil chemin de croix procédural  n’allait pas de soi)… ou tout simplement elle peut émouvoir, faire réfléchir.

Ce calvaire pour tant d’acteurs, dont sans doute l’intéressé lui-même semble-t-il, doit-il, peut-il avoir une morale ? Ce point pourrait être débattu.

Mais il peut avoir au minimum, à titre individuel, une conséquence simple et opérationnelle, consistant à dire à autrui qui fait quoi, qui décide quoi et, surtout, ce que sont les volontés, les choix à respecter. Y compris voire surtout pour soulager la douleur de nos proches, paralysés, culpabilisés et/ou divisés par le poids de telles décisions… et ce pour quand nous ne serons plus en capacité de décider pour nos vies.

Alors diffusons, en mairie, dans nos vies privées, ou autres, ce document, ce « modèle de directives anticipées  » diffusé sur Service-public et qui permet à chacun de se prononcer, de choisir (plutôt que de subir) et d’éviter que nos familles se trouvent écrasées et/ou divisées par de tels choix.

fichedirectivesanticipe_es_10p_exev2

Capture d’écran 2019-05-24 à 01.24.58