Voici le (déjà fameux) rapport de la Cour des comptes sur la Société du Grand Paris et, donc, sur les difficultés à financer les transports du Grand Paris

Créée par l’État en 2010, la Société du Grand Paris (SGP) est, comme son nom ne l’indique pas, un établissement public.

Il a en charge la réalisation de l’infrastructure nouvelle de métro en rocade autour de Paris. Après s’être concentrée sur la conception du projet de Grand Paris Express, cette SGP se trouve dans la phase de réalisation, avec un calendrier contraint.

M. N. Sarkozy avait lancé cette SGP, mais sans entièrement financer ce projet selon ses détracteurs.

Les deux Premiers Ministres de M. F. Hollande (surtout M. J.-M. Ayrault) ont réduit la voilure de ce projet selon leurs contempteurs… alors que eux se flattent surtout d’avoir donné une réalité au financement de ces grandes lignes de transport.

Vient maintenant, à quelques années des jeux olympiques, le temps des réalités.

Dans ce rapport, la Cour alerte sur le dérapage considérable du coût prévisionnel de ce projet, sur les risques financiers qui en résultent et sur la fragilité de la situation dans laquelle se trouve la SGP.

D’autres observateurs signalent qu’on en revient tout simplement aux chiffrages qui étaient évidents dès 2009…

La maîtrise des délais et des coûts semble à ce jour très compromise, rendant inatteignable l’amortissement complet de la dette en 2070.  La Cour formule six recommandations visant à maîtriser le coût et la soutenabilité du projet. Les voici :

Capture d’écran 2018-01-18 à 16.58.35.png

 

Et, surtout, voici ce rapport

20170117-rapport-societe-grand-Paris_1

 

N.B.: iconographie SGP. 

A propos Éric Landot

Avocat fondateur du cabinet Landot & associés, partenaire juridique de la vie publique.