L’ONF passe au 0 phyto

L’ONF a décidé l’abandon total de toute prescription et usage d’herbicides, insecticides et fongicides pour la gestion de l’ensemble des forêts publiques (forêts domaniales de l’Etat et forêts communales). Entérinée par une note de service diffusée par la direction à l’ensemble du personnel, cette décision « Zéro traitement phytopharmaceutique » est entrée en vigueur le 14 octobre 2019.

La préservation de l’environnement et de la biodiversité figure parmi les grandes priorités de l’ONF. L’arrêt intégral du recours à ces traitements, dont certains sont encore autorisés par la règlementation, est pour l’établissement un gage d’exemplarité. Les ambitions de la transition écologique appellent dès maintenant à de nouveaux choix.

Après l’abandon du glyphosate, intervenu en 2018 en anticipation des évolutions règlementaires, l’ONF met donc désormais fin à l’utilisation de tout type de traitement phytopharmaceutique.

Cette décision a été prise en lien avec la Fédération nationale des Communes forestières.

 

Cela dit, la révolution n’est pas si énorme car seules 0,02% des surfaces forestières publiques étaient traitées avec un herbicide en 2017. On peut y voir un verre à moitié plein (l’ONF avait déjà anticipé et réduit l’usage de ces produits) ou à moitié vide (les forêts ont moins besoin de traitements que l’agriculture classique et l’effort n’est donc pas si intense que cela…). 

Mais ne boudons pas notre plaisir et n’ignorons pas que c’est une vraie avancée.

Ce recours aux produits phytosanitaires pouvait s’effectuer pendant les phases de régénération des peuplements forestiers pour maîtriser la végétation dite « concurrente », susceptible d’entraver la croissance des arbres (fougère-aigle, ronces, graminées…).

A ces stades, où réellement les produits phytosanitaires pouvaient être un confort pour l’ONF, des alternatives mécanisées ou des techniques de bio-contrôle des ravageurs et parasites des arbres seront dorénavant systématiquement privilégiées.

Donc voyons le verre à moitié plein. Et le bidon de pesticides vide.

Capture d’écran 2019-10-21 à 05.17.21.png