Quand les débats glissent des prétoires… aux frontons des hôtels de communauté

C’est une pratique qui, petit à petit, se développe : on voit des débats glisser des prétoires aux frontons des mairies et des hôtels de communauté.

Dernier cas en date, qui nous a été signalé par la Communauté de communes Beaucaire Terre d’Argence. Cette communauté se trouve indignée de voir que le rapporteur public, au Conseil d’Etat, le 15 juin dernier, a conclu au rejet de ses positions, et donc a proposé de censurer le licenciement, pour vol, d’un agent, au nom du faible niveau hiérarchique et de la faible valeur du bien en question :

La réaction ne se fit pas attendre :

 

Avec un texte vif :

 

A suivre… sur les fils d’information juridique et, donc, désormais, sur les dazibaos que deviennent nos bâtiments publics.