Priorités pour 2022 de la politique d’intégration des étrangers primo-arrivants, dont les réfugiés

A été diffusée le 1er février une instruction du 25 janvier 2021 du Ministère de l’Intérieur portant sur les « priorités pour 2022 de la politique d’intégration des étrangers primo-arrivants, dont les réfugiés » (NOR : INTV2202529J)

A consulter ici :

• ConsulterPDF – 2 Mo

• https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf/circ?id=45277

 

En voici le résumé officiel :

« L’instruction fixe aux préfets les grandes orientations en matière de politique d’intégration des étrangers primo-arrivants, dont les réfugiés, dans la continuité des décisions prises le 5 juin 2018 par le comité interministériel à l’intégration et le 6 novembre 2019 par le comité interministériel à l’immigration et à l’intégration. Ces orientations se traduisent localement par la mobilisation des crédits du BOP 104 de manière complémentaire aux actions prévues dans le cadre du contrat d’intégration républicaine, piloté par l’Office français de l’immigration et de l’intégration, en matière de formation linguistique, de formation civique et d’orientation vers le service public de l’emploi. L’instruction réaffirme la priorité absolue de l’intégration par l’emploi, pour laquelle l’expertise locale et l’adaptation territoriale sont déterminantes. L’emploi des femmes devra faire l’objet d’actions renforcées. L’instruction fixe également le cadre du déploiement, dans 27 départements en 2022, du programme d’accompagnement global et individualisé des réfugiés (AGIR), devant permettre à terme à l’ensemble des bénéficiaires de la protection internationale le nécessitant de bénéficier d’un accompagnement vers l’emploi et le logement durables. L’instruction appelle par ailleurs les préfets à soutenir des actions visant à renforcer les interactions entre les étrangers et la société d’accueil, notamment par des programmes de parrainage et de mentorat. Elle leur demande également de nouer avec les collectivités territoriales, qui disposent de compétences clef pour faciliter l’intégration des étrangers présents sur leur territoire, des partenariats forts dans le cadre des Territoires d’intégration et de mettre en place une gouvernance inclusive facilitant la coordination de l’ensemble des acteurs publics et privés de l’intégration des étrangers. »