L’État renouvelle son appel à projets d’un million d’euros pour la lutte contre les derives sectaires

… et voici, à ce sujet, le début du communiqué du Ministère de l’Intérieur (sans mise en ligne d’une adresse Internet dédiée étrangement ; voir avec votre préfecture et la Miviludes ; la fin a été mise par nous en gras souligné) :

« Les dérives sectaires portent atteinte à la liberté de conscience, à l’intégrité de l’individu et ont des effets délétères pour la cohésion sociale.
Depuis le début de la crise sanitaire, de nouvelles structures pernicieuses – souvent invisibles – visant à exploiter les fragilités et les peurs de nos concitoyens se déploient de manière inquiétante.
Bien au-delà du champ spirituel, le phénomène sectaire concerne aujourd’hui tous les espaces de notre société (santé, bien être, éducation, formation…) et le nombre de victimes ne cesse de croître. Le doublement du nombre de saisines auprès de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) en quelques années l’atteste.
Dans ce contexte, le rôle de la Miviludes par son action de sensibilisation, d’information et d’accompagnement des victimes et de leurs proches est fondamental. Dans l’exercice de cette mission, la Miviludes s’appuie sur le soutien précieux et l’engagement indéfectible des associations qui connaissent ces phénomènes et savent comment soutenir les victimes et leurs proches. C’est pourquoi, sous l’égide de Sonia Backès, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur et des Outre-Mer, chargée de la Citoyenneté, la Miviludes a décidé du renouvellement de l’appel à projets national, pour l’année 2022, consacré à la lutte contre les dérives sectaires.
Doté d’une enveloppe d’un million d’euros, cet appel à projets national s’adresse tout aussi bien aux associations loi 1901 qu’aux organismes de recherche. Le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer cherche ainsi à soutenir les projets :
• D’estimation quantitative des dérives sectaires afin de comprendre la dynamique de ces phénomènes et d’anticiper les secteurs qu’ils sont susceptibles d’investir ;
• D’enquête de victimisation pour décrire plus précisément l’ensemble des dommages subis directement par les victimes et indirectement par leur entourage ;
• Les actions d’information, de sensibilisation et de prévention à destination du public et notamment des personnes les plus vulnérables ou particulièrement ciblées par des groupements sectaires ;
• Les dispositifs d’accompagnement et de prise en charge des victimes, impliquant la construction d’un réseau territorial avec les structures existantes.
Les candidatures sont à envoyer avant le 15 septembre et les lauréats seront connus à compter du 18 octobre 2022.»