Les « cars Macron » font leur chemin

L’ARAFER a publié une synthèse qui acte de la croissance des « cars Macron ».

 

VOICI CETTE NOTE :

 

ET VOICI UNE REPRISE, COMMENTÉE, RÉSUMÉE OU PARFOIS COMPLÉTÉE, DE LA SYNTHÈSE FAITE PAR L’ARAFER :

 

Au deuxième trimestre 2018, la fréquentation domestique des services librement organisés de transport par autocar a progressé de 43 % par rapport au même trimestre de l’année précédente, franchissant ainsi un nouveau record avec 2,4 millions de passagers transportés. Un tel taux de croissance de la demande n’avait pas été observé depuis 2016… grève de la SNCF oblige.

Les opérateurs ont à la fois atteint un taux d’occupation de leurs autocars de 61 % (niveau le plus élevé depuis la libéralisation), tout en améliorant la recette kilométrique par passager transporté, qui atteint 5,1 € HT aux 100 km (+ 4 % sur 1 an).

Le fort développement de la demande s’observe sur tous les types de liaisons (radiales et transversales), et tout particulièrement sur les liaisons infrarégionales (+72 % sur 1 an). Les liaisons transversales captent désormais 52 % de la fréquentation, contre 47 % un an plus tôt.

 

Avec une évolution des dessertes qui est frappantes (abandon de quelques villes plutôt isolées, notamment en montagne, et mise en réseau nouvelles d’autres territoires) :

Capture d’écran 2018-09-26 à 11.00.31.png

 

Capture d’écran 2018-09-26 à 11.00.51.png

 

 

 

Capture d’écran 2018-09-26 à 11.01.12.png

Capture d’écran 2018-09-26 à 11.01.20.png

En conséquence, le chiffre d’affaires trimestriel bondit de 40 % et atteint 36,2 millions d’euros hors taxes, soit un revenu moyen de 1,3 euro hors taxes par autocar-km. Au deuxième trimestre 2018, les opérateurs ont donc transporté en moyenne chaque jour 26.400 passagers effectuant chacun un trajet moyen de 298 km pour 15,1 € HT de recette commerciale.

 

Capture d’écran 2018-09-26 à 11.01.32.png

Capture d’écran 2018-09-26 à 11.01.45.png

Capture d’écran 2018-09-26 à 11.01.57.png

 

Le nombre d’opérateurs présents sur le marché évolue également avec l’entrée de quatre nouveaux transporteurs commercialisant leur offre sur la plateforme BlaBlaCar. Ils viennent s’ajouter aux 8 opérateurs déjà présents au trimestre précédent, ainsi qu’à Migratour qui reprend son activité saisonnière. Il y a donc au total 13 opérateurs actifs sur le marché ce trimestre.

L’offre de dessertes augmente de 17 % sur un trimestre, avec 279 communes françaises desservies par les opérateurs. Près de 70 % des nouvelles dessertes du trimestre étaient déjà commercialisées en 2017, illustrant le caractère désormais récurrent des politiques d’offres saisonnières. Le nombre total de liaisons commercialisées augmente également fortement (+26 % au global et +11 % hors Migratour) et s’établit à 1 811 liaisons ce trimestre. Avec 1 594 liaisons, les 3 principaux opérateurs augmentent leur offre de liaisons de 11 % (soit 156 liaisons supplémentaires par rapport au trimestre précédent), et étoffent également leur maillage de sorte que le nombre moyen de destinations directes par ville desservie s’établit à 12,7 contre 12,1 au trimestre précédent et 11,1 un an plus tôt). C’est l’offre de FlixBus qui reste la plus dense sur le territoire (68 % des villes desservies, 58 % des liaisons commercialisées), devant Ouibus (56% des villes desservies, 33 % des liaisons commercialisées) et Eurolines/Isilines (32% des villes desservies, 26 % des liaisons commercialisées). La concurrence entre les 3 principaux opérateurs se concentre quelque peu ce trimestre : celle-ci se manifeste en effet sur 393 liaisons, soit 25 % de l’offre qui concerne 88 % de la fréquentation, alors que le ratio moyen observé depuis la libéralisation s’établit à 28 % de l’offre pour 85 % de la demande.

 

 

 

Capture d’écran 2018-09-26 à 11.12.37.png

Le nombre moyen de départs quotidiens de lignes s’établit à 859 (+10 % par rapport au premier trimestre), soit le niveau le plus haut depuis l’ouverture du marché. Tous les opérateurs ont augmenté leurs fréquences, Ouibus restant l’opérateur qui offre le plus de départs quotidiens (44 %), suivi de FlixBus (37 %), d’Eurolines/Isilines (16 %) et des autres opérateurs (3 %). L’augmentation du nombre de kilomètres parcourus par les autocars ce trimestre connaît une hausse similaire (28 millions de kilomètres soit +10 % par rapport au dernier trimestre).

Enfin, au 30 juin 2018, le secteur emploie 2 542 ETP (emplois directs des opérateurs et emplois de conducteurs sous-traitants affectés à cette activité), soit 134 ETP supplémentaires (+6 %) par rapport au premier trimestre. La part de conducteurs (86 %) reste stable.

 

Capture d’écran 2018-09-26 à 11.02.10.png