Le CHLORDÉCONE aura tout détruit aux antilles… même les archives…

Le CHLORDÉCONE et quelques autres produits ont pourri la vie sanitaire des Antilles françaises. Une commission d’enquête parlementaire est désignée… et une audition révèlent que 17 années d’archives datées de 1972 à 1989 auraient « disparu » du ministère de l’Agriculture. C’est juste énorme et les élus de ces outre-mers ont vivement réagi. Ce produit aura donc décidément tout détruit sur son passage… archives comprises… et peut-être même un peu de morale. 

Voir une narration précise de l’histoire par Marc Laimé :