FIPD et déclinaison territoriale des politiques de prévention de la délinquance et de prévention de la radicalisation 2020-2022

Une circulaire du 5 mars 2020 a été diffusée (NOR : INTA2006736C) portant « circulaire cadre pour la déclinaison territoriale des politiques de prévention de la délinquance et de prévention de la radicalisation pour les années 2020 à 2022. »

 

Voici le résumé officiel de cette circulaire :

« Outre la prévention de la délinquance et celle de la radicalisation, la circulaire intègre la lutte contre l’islamisme et le repli communautaire. Les activités de la Miviludes désormais rattachée au SG-CIPDR ne relèvent pas de cette circulaire.
« Pour la gestion budgétaire du FIPD, les préfets de région répartissent les dotations déconcentrées et deviennent responsables d’une UO régionale au sein de laquelle les préfets de département continuent d’exécuter les crédits comme centre de coût. Un nouveau programme (K) à gestion centrale est créé pour les subventions au titre de la sécurisation des sites sensibles.
« Les interactions entre les politiques de prévention doivent être recherchées et des continuum d’actions en matière de prévention de la délinquance et de la radicalisation doivent être développés.
« La démarche d’évaluation doit être systématique. »

 

Voici le commentaire qui en a été fait sur Maire-info, notant que les pouvoirs du maire étaient confortés, que l’architecture avait évolué mais que le FIDP subissait une petite baisse financière :

 

Et surtout voici ladite circulaire forte de 18 pages précises et opérationnelles :