La fonction publique, aux effectifs à peu près stables, continue de se sénioriser, de perdre ses catégories C et de se féminiser

Le ministère de l’action et des comptes publics vient de publier « L’emploi dans la fonction publique en 2018 ». De ce document intéressant, il ressort que la fonction publique, toutes catégories confondues continue de croître légèrement (mais il s’agit en fait d’une stabilisation), de se sénioriser, de perdre ses catégories C et de se féminiser.

Ce constat ne varie que peu si l’on distingue entre les types de fonctions publiques.

Au 31 décembre 2018, 5,56 millions d’agents travaillent au sein de la fonction publique en France métropolitaine et dans les DOM (hors Mayotte).

Hors contrats aidés, l’emploi public augmente de 0,7 %, toutefois en prenant en compte les emplois aidés (78 600), dont le chiffre baisse, il est quasiment stable (mais on a donc une hausse d’emplois durables à peine compensée par une baisse d’emplois qui eux ne sont pas durables).

La hausse s’explique notamment par le passage sous statut de contractuels de droit public de 31 400 contrats aidés présents fin 2017.

Capture d’écran 2020-06-16 à 13.07.56

 

Notamment, en 2018, hors bénéficiaires de contrats aidés, le nombre d’agents de l’État augmente de 20 000 postes, soit +0,8 %. 

Hors contrats aidés, en 2018, le nombre d’agents territoriaux augmente de 0,7 % soit +13 200 agents. Cette hausse s’explique par la conversion, au sein du même versant, de 11 700 contrats aidés en contrats de droit public. Cependant, le nombre de bénéficiaires de contrats aidés diminue nettement en 2018 (-43,0 %, soit -29 200 salariés) si bien qu’en les prenant en compte, l’emploi territorial baisse de 0,8 %, de façon plus marquée que les années précédentes (-0,4 % en 2016 et 2017). Au total, les effectifs sont stables dans les collectivités territoriales. Ils baissent de 0,3 % dans les communes, qui représentent plus de la moitié de l’emploi territorial. Ils reculent de 1,1 % dans les départements mais augmentent de 6,8 % dans les régions (mais les personnels des départements Corse sont passés à la CTC assimilée à une région, ce qui fausse un peu cette donne)

La croissance dans la FPH en revanche marque un peu le pas (+ 0,4 %).

 

Ce qui frappe dans ces chiffres, ensuite, c’est la croissance du nombre des contractuels :

Capture d’écran 2020-06-16 à 13.18.27

 

… ainsi que la croissance du nombre de catégories A. Les catégories C continuent de baisser en pourcentage sauf dans la FPH. L’Etat perd un peu ses catégories B, au contraire des collectivités territoriales :

Capture d’écran 2020-06-16 à 13.20.55

 

 

La féminisation de l’emploi public se poursuit : en 2018, 62,5 % des agents qui travaillent dans la fonction publique sont des femmes, contre 46,2 % dans le secteur privé. Citons cette étude :

« En dix ans, la part des femmes dans la fonction publique a progressé de 2,7 points (+0,2 point en 2018). La FPH constitue le versant le plus féminisé avec 78,0 % de femmes (+1,3 point en dix ans). Dans la FPT, la part des femmes s’élève à 61,3 % (+0,3 point en dix ans). Les femmes représentent près de neuf agents sur dix dans les établissements communaux (87,7 %, en baisse de 0,4 point depuis 2015) mais elles sont moins représentées dans les établissements départementaux (27,9 %, en hausse de 1,8 point depuis 2009), du fait de la faible proportion de femmes dans les services départementaux d’incendie et de secours. Avec 56 % de femmes, la FPE est le versant le moins féminisé même si leur part a augmenté de 2,4 points en dix ans. »

 

Mais on constate un maintien d’une sous-représentation, toutes proportions gardées, des femmes dans la catégorie A+ :

Capture d’écran 2020-06-16 à 13.27.09

 

L’âge moyen des agents de la fonction publique continue d’augmenter. L’âge moyen augmente dans la FPT (+1,8 mois) et la FPE (+1,9 mois) alors qu’il est stable dans la FPH. Citons l’étude :

« Le différentiel s’accroît avec le secteur privé où l’âge moyen recule d’un mois. La fonction publique compte 2,4 agents de 50 ans et plus pour un de moins de 30 ans alors que ce ratio est de 1,3 dans le secteur privé. Ainsi, les agents de la fonction publique sont en moyenne plus âgés que ceux du secteur privé (43,5 ans contre 40,9 ans). Cette situation résulte du rythme des recrutements et des départs à la retraite passés. À la différence du privé, le principe même de la carrière conduit dans la fonction publique, au maintien en emploi des « seniors ». De plus, le niveau de diplôme des agents du secteur public, en moyenne plus élevé que celui des salariés du privé (54 % des agents de la fonction publique sont diplômés du supérieur contre 39 % dans le privé), explique des entrées tardives dans la vie active, ce qui réduit d’autant le poids des jeunes. La FPT reste le versant le plus âgé de la fonction publique (45,5 ans). La part des moins de 30 ans y est particulièrement faible (10,1 %) […]. Cette part a même diminué de 0,9 point entre 2013 et 2018. »

Capture d’écran 2020-06-16 à 13.30.29

Quand aux chiffres de taux d’encadrement (nombre d’agents publics sur 1000 personnes) et leur évolution en un an, les chiffres parlent d’eux-mêmes :

Capture d’écran 2020-06-16 à 13.31.08

Voici cette très intéressante étude de 14 pages, conduite par M. Amadou Yaya BA et M. Yannig PONS :

Emploi-dans-la-FP-2018