Système d’évaluation de l’état des eaux : une version 2

La vocation du Système d’évaluation de l’état des eaux (SEEE) est de mettre à disposition les références nationales pour le calcul des indicateurs utilisés pour l’évaluation de l’état ou à des fins de diagnostic dans la mise en œuvre de la Directive cadre sur l’eau (DCE).

Hier, à la suite à une forte réorientation du projet opérée fin 2015, c’est un nouveau service qui est devenu accessible à l’ensemble des acteurs de l’évaluation dans le domaine de l’eau…

Dans sa nouvelle conception, le Système d’évaluation de l’état des eaux (SEEE) est accessible librement pour permettre :
- une mise à disposition des algorithmes de référence ;
- l’exécution de calculs en masse depuis une interface web ou une API exploitant les algorithmes de référence, sur la base de fichiers d’entrée et de sortie standardisés.

Les indicateurs disponibles sur le SEEE, dans leur dernière version, constituent dorénavant la référence unique pour le calcul des indices dans le cadre d’une évaluation de l’état au titre de la DCE.

Les indicateurs actuellement disponibles sont des bioindicateurs des cours d’eau de métropole – diatomées (IBD), macrophytes (IBMR), invertébrés (MPCE A+B dit IBG-DCE, I2M2), poissons (IPR, IPR+) – et d’outre-mer – diatomées (IDA, IDR). Le service, dont la gestion est assurée par l’Agence française pour la biodiversité (AFB), sera progressivement enrichi avec en priorité d’autres bioindicateurs pour les départements d’outre-mer et pour les plans d’eau de métropole puis avec les autres éléments de qualité participants à l’évaluation de l’état.

 

A consulter sur :

seee.eaufrance.fr

 

et sur forge.eaufrance.fr/projects/gouvernance-taxons, accédez à l’outil de déclaration des besoins d’évolution de la liste des taxons pris en compte pour le calcul d’un indice.

A propos Éric Landot

Avocat fondateur du cabinet Landot & associés, partenaire juridique de la vie publique.