Impacts économiques de la crise et plan de relance : une contribution de l’AdCF

L’ADCF a diffusé un document intitulé « QUELLE REPRISE, QUELLE RELANCE DANS LES TERRITOIRES À LA SORTIE DU CONFINEMENT ? ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L’AdCF »

 

Ce document de l’AdCF reprend en première partie ses analyses des impacts sectoriels et territoriaux de la crise pandémique du coronavirus (Covid-19) ; analyses qui devront s’opérer en continu et évaluer les secteurs économiques les plus exposés. Le poids de ces secteurs dans les économies locales, à l’échelle des intercommunalités, étant variable ; une analyse des impacts territoriaux potentiels est proposée.

L’AdCF propose de bien distinguer la phase de reprise ou de rebond de l’activité de la séquence des plans de relance de l’économie qui devront lui succéder une fois les entreprises réorganisées. Elle rappelle le poids considérable de la commande publique, notamment celle du « bloc local » au sens large (communes, intercommunalités, syndicats mixtes, SEM et SPL, OPHLM…), pour faire levier sur la relance. Des plans de relance territoriaux sont à réfléchir pour des contractualisations en fin d’année, avec les futurs exécutifs locaux, dans le cadre des grandes programmations pluriannuelles. Cette perspective n’exclut pas des premières actions à plus brève échéance pour la phase de soutien de l’économie et de reprise.

Le document de l’AdCF identifie quelques axes à privilégier dans les contractualisations futures en matière de transition écologique, de développement économique, de cohésion sociale. La dernière partie du document s’intéresse à la question de la relocalisation des activités économiques, notamment industrielles, afin d’accompagner la stratégie annoncée par le chef de l’Etat et les premières annonces de certaines régions comme Grand Est. C’est essentiellement par les politiques d’achat au sein des chaines de valeur que s’opérera cette potentielle relocalisation. En tant qu’acheteurs publics majeurs, les collectivités sont naturellement concernées par cet effet d’entrainement sur le « made in France ». Cela peut concerner leurs achats de véhicules, leurs équipements (canalisations, stades…), leurs matériaux comme les produits alimentaires des cantines et cuisines centrales.

Ce document servira à des notes plus synthétiques et actualisées.

VOICI CE DOCUMENT DE 24 PAGES :

ADCF relance 202004