La Cour des comptes propose de continuer le renforcement de l’ANRU

À la demande de la commission des finances du Sénat, la Cour a examiné la gestion de l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) et la conduite de ses programmes d’intervention.

Et, étrangement, le rapport n’est pas très critique. Il faut dire que depuis 2017-2018, l’ANRU a connu un fort redressement de ses fonds et de ses modalités d’intervention.
La Cour des comptes, dans sa synthèse, note qu’au :

« coeur de la politique de la ville, l’ANRU, qui a pour mission la réalisation du programme national de renouvellement urbain 2004-2021 (PNRU) et du nouveau programme national de renouvellement urbain 2014-2024 (NPNRU) dans un objectif de mixité sociale et de développement durable, a plusieurs défis à relever. Si le PNRU a eu un effet de levier majeur (29 507 opérations engagées sur 596 quartiers), l’ANRU doit en assurer la bonne fin de gestion et en évaluer les résultats finement. Pour le NPNRU, la lente montée en puissance doit être accélérée et pilotée avec précision.

« Dans sa gestion, l’ANRU est confrontée à de nombreuses réformes à conduire, notamment la remise à plat de son système d’information. Si sa situation financière, tendue jusqu’en 2016, s’est rétablie, la trajectoire financière à long terme doit être suivie avec attention dans le cadre du NPNRU et le contrôle de l’État sur l’agence doit être consolidé.
« La Cour formule au total dix recommandations. »

 

Voici ces recommandations :

Capture d’écran 2020-06-17 à 18.54.40

 

… et voici ce rapport :

Voici ce rapport 

 

Voir aussi :