Qu’est-ce qu’être un citoyen aujourd’hui ? (Réponse du Conseil d’Etat ce jour)

 

La tarte à la crème du temps de mes lointaines études était de poser qu’être un citoyen aujourd’hui ce n’était :

  • plus  le libre assujettissement à une Loi ayant tous pouvoirs, ni l’assujettissement au besoin contraint à une Loi qui se heurte aux limites des droits humains (on retrouvait là les formules de Benjamin Constant dans son discours de 1819 sur la liberté des anciens versus celle des modernes…)
  • mais que c’était la libre participation active à la société via des Lois non oppressives elles-mêmes s’arrêtant à des droits humains étendus aux droits sociaux.

 

Cette tarte à la crème, portant sur des sujets qui fondent notre pacte social, est-elle, elle-même, arrivée à péremption ?

 

Le Conseil d’Etat s’est attelé à cette grave question. Avec une autre tarte à la crème en ouverture, mais une tarte à la crème qu’il est bon de rappeler

La citoyenneté est le ciment de la société républicaine et le point de convergence des trois principes de liberté, d’égalité et de fraternité.

 

C’est très beau. Mais c’est fédérateur car un peu abscons en réalité.

 

Pour en savoir plus, voici en téléchargement libre et gratuit cette étude annuelle 2018, diffusée ce jour, consacrée à ce sujet :

 

Pour les lecteurs plus pressés, voici le résumé fait par le Conseil d’Etat lui-même de sa propre étude :

 

… et il est difficile de ne pas se fédérer autour de la conclusion de ladite synthèse. Elle est certes sans surprise, un brin banale. Mais que cela ne nous empêche pas de la méditer sérieusement car ces quelques lignes disent beaucoup de choses en peu de mots et la Haute Assemblée ne nous a pas toujours habitué à pareil volontarisme :

Dans une société par ailleurs fortement marquée par l’individualisme, beaucoup de Français, jeunes notamment, demandent que la République redonne du sens à l’action collective et sont prêts à s’engager en faveur de causes collectives. Le projet républicain destiné à réunir la société française autour des valeurs de la citoyenneté doit comporter un ensemble de volets complémentaires et reposer sur une mobilisation collective des responsables publics, des corps intermédiaires et des citoyens eux-mêmes.