Adoption du rapport Dantin au Parlement européen, prélude à une mise à jour de la directive relative à l’eau potable (qualité ; accès universel ; informations…).

Le Parlement européen a approuvé de nouvelles règles visant à rendre la gestion des ressources plus efficace et à réduire les déchets plastiques provenant de la consommation d’eau en bouteille, avec en perspective une mise à jour de la directive relative à l’eau potable.

La majorité des Européens ont accès à de l’eau potable de qualité. Selon un rapport de l’Agence européenne pour l’environnement, plus de 98,5% des tests menés sur des échantillons d’eau potable entre 2011 et 2013 respectent les normes européennes.

20181015PHT16042_original.jpg

La directive européenne sur l’eau potable définit les standards minimums de qualité de l’eau destinée à la consommation humaine (pour boire, cuisiner ou pour tout usage domestique) et protège les citoyens de toute contamination.

Il est question de la réviser.

Tout a (re)commencé par l’initiative citoyenne Right2Water a rassemblé plus de 1,8 millions de signatures, témoignant d’une faible confiance en la qualité de l’eau du robinet dans les autres pays européens, même si les taux de conformité sont en réalité élevés. Les Européens souhaitent également recevoir plus d’informations à jour concernant la qualité de l’eau potable.

A la suite de cette opération, le Parlement européen a voté :

  • pour une mise à jour des normes actuelles afin d’accroître la confiance du consommateur et d’améliorer la qualité de l’eau du robinet. Il s’agirait d’opérer une mise à jour des directives afin :
    • de limiter la concentration de certaines bactéries ou substances contaminantes
    • de diminuer plus encore la présence de plomb (de moitié).
    • de fixer de nouveaux plafonds pour certains perturbateurs endocriniens.
  • pour une amélioration de la transparence et d’accroître les droits des consommateurs à l’information
  • pour un « accès universel » à l’eau potable pour tous les citoyens, spécialement pour les plus vulnérables.
  • pour promouvoir la consommation de l’eau du robinet, dans les restaurants par exemple, en installant des fontaines dans les espaces publics comme les aéroports ou les centres commerciaux.
Voir ce rapport :
 Le rapporteur, l’eurodéputé français Michel Dantin (PPE, FR), a déclaré :  

« La façon dont nous utilisons l’eau définit l’avenir de l’humanité. Il est entendu que chacun devrait avoir accès à de l’eau potable et de bonne qualité, et nous devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour la rendre aussi abordable que possible pour tout le monde. »

Voir aussi :

 

Capture d’écran 2018-10-24 à 14.51.48.png

 

Pour une vidéo de présentation par M. Dantin de son enfant :

 

 

Le rapport a été adopté par 300 voix pour, 98 contre et 274 abstentions.

 

Le Parlement entrera en négociations avec le Conseil et la Commission une fois que les ministres de l’UE auront adopté leur position sur le dossier. Voir à ce sujet la fiche de procédure de ce dossier :

 

Selon la Commission européenne, une réduction de la consommation d’eau en bouteille permettrait aux foyers européens d’économiser plus de 600 millions d’euros par an. Si la confiance dans l’eau du robinet augmente, les citoyens peuvent aussi contribuer à la réduction des déchets plastiques issus des bouteilles d’eau, notamment les déchets marins. Les bouteilles en plastique font partie des objets en plastique à usage unique les plus retrouvés sur les plages européennes. Avec la mise à jour de la directive relative à l’eau potable, la Commission fait un pas législatif important vers la mise en œuvre de la stratégie de l’UE sur les matières plastiques présentée en janvier 2018.