L’usurpation à l’investiture d’un parti peut-elle se traiter en référé liberté ?

Des candidats se présentent au nom d’un parti sans avoir l’investiture de celui-ci. Le parti peut-il engager un référé-liberté ?

NON répond le TA de Montpellier, dans une affaire concernant ce qui semble avoir été une usurpation à l’investiture LREM. Le juge des référés estime que ledit parti pouvait communiquer et que dès lors les conditions du recours à un référé liberté devant le juge administratif n’étaient pas réunies.