Dérives sectaires : la Cour des comptes suggère les pistes d’évolution pour la Mission ad hoc

Créée en 2002, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a connu une évolution importante du contexte de ses missions.

Par exemple, son intervention récente dans la lutte contre les processus de radicalisation violente a considérablement modifié son rôle et ses responsabilités dans un domaine désormais fortement coordonné par le ministère de l’intérieur.

Or, la Cour des comptes note que ses ressources budgétaires, au demeurant très modestes, ont été sensiblement réduites au cours des dix dernières années.

Les fragilités constatées par la Cour conduisent, selon les auditeurs de la rue Cambon, à s’interroger sur le positionnement institutionnel de la Miviludes. Une réorganisation de celle-ci s’impose et un choix doit être fait entre son maintien au sein des services du Premier ministre ou un rattachement au ministère de l’intérieur au vu de missions redéfinies.

Voici le texte de la Cour des comptes :

20170904-refere-S2017-1611-Miviludes

 

Capture d_écran 2017-08-09 à 09.57.07

A propos Éric Landot

Avocat fondateur du cabinet Landot & associés, partenaire juridique de la vie publique.