Région : vers de nouvelles compétences en matière de formation.. si c’est nécessaire

Le Président de la République a tenu le 18 janvier un discours au CESE sur l’emploi, accessible sur le lien suivant :
http://www.elysee.fr/declarations/article/v-ux-aux-acteurs-de-l-entreprise-et-de-l-emploi-8/
Il annonce notamment l’idée de mobiliser tous les acteurs dont les régions en matière d’emploi, avec un programme précis en matière de formation en partenariat avec divers acteurs dont les régions. Mais il annonce aussi l’éventualité d’une extension des compétences régionales, « si c’est nécessaire »… ce qui reste encore une formulation très prudente en réponse aux demandes des exécutifs régionaux.
Il annonce aussi des améliorations concrètes «pour améliorer le système de transport et de logement des apprentis » sans que la teneur exacte de l’accompagnement de l’Etat soit claire (ampleur d’un soutien financier ?).
Voici l’extrait concerné des propos présidentiels (souligné par nous) :

« L’Etat prend sa part, les partenaires sociaux sont à travers les branches responsables de la formation, et ce sont les régions qui disposent de compétences importantes. Les exécutifs de ces grandes régions sont en place depuis le début de l’année, la formation professionnelle et l’apprentissage sont au cœur de leur responsabilité mais aussi de leurs engagements.

Je sais que les présidents des régions souhaitent faire des propositions, voire expérimenter de nouveaux dispositifs, les présidents s’en sont entretenus avec le Premier ministre. Le gouvernement y est donc prêt, c’est-à-dire à faciliter toutes les expérimentations possibles, et même à modifier la loi si c’est nécessaire pour étendre les compétences de ces grandes collectivités.

Je sais aussi en matière d’apprentissage l’effort que font les régions, et des propositions ont été faites pour améliorer le système de transport et de logement des apprentis, nous saurons également accompagner ce processus.

Au début du mois de février, je réunirai avec le Premier ministre Manuel VALLS les présidents de région, les acteurs sociaux, les préfets et le service public de l’emploi pour convenir des modalités pratiques de cette mobilisation, 500.000 formations en 2016. Je souhaite que la première vague soit lancée le plus rapidement possible, à la faveur des marchés déjà conclus.

Dans chaque région seront recensés les besoins précis par bassin d’emploi. Un appel d’offres national sera lancé pour répondre à ceux qui ne seraient pas pris en compte. Un suivi mensuel du programme, dans une parfaite transparence, sera réalisé également au niveau national avec les partenaires sociaux et les régions.»