Finances locales : de nombreuses associations d’élus demandent de nouvelles souplesses

Une lettre signée de nombreuses associations d’élus locaux (AMF ; ADCF ; ADF ; France urbaine ; APVF ; Villes de France — ex FVM —, AMRF… mais pas Régions de France ?)… a été adressée au Premier Ministre le 15 avril dernier.

Sont demandés :

  • un rééchelonnement de certains délais :
    • date limite de délibération pour la répartition dérogatoire du FPIC,
    • calendrier de dépôts des dossiers de demande de dotations d’investissement,
    • date limite du rapport de la CLECT (et ce au nom de la compétence eau et assainissement, qui ne peut pas toujours donner lieu à attribution de compensation cela dit, à tout le moins…),
    • calendrier d’adoption des pactes financiers et fiscaux et des DSC (contrats de ville),
    • date limite de vote des taux pour les intercommunalités (si le second tour a lieu en juin… voir à ce sujet ici).
  • des mesures de facilitation de la mise en œuvre de dispositifs existants :
    • reprise en fonctionnement de l’excédent de fonctionnement capitalisé sur délibération de l’assemblée délibérante,
    • conditions requises pour basculer une partie du FCTVA sur la section de fonctionnement,
    • extension aux dépenses d’intervention d’urgence du périmètre du dispositif des charges à étaler existant pour les frais d’étude.
  • une confirmation :
    • que le bloc local pourra « continuer à disposer de l’ensemble de [ses] ressources, tant en ce qui concerne le panier [des] impôts locaux, que des fonds de concours de l’État »
    • « qu’une négociation avec l’État sur le niveau garanti de ressources aux collectivités [pourra] débuter très prochainement.»

 

NB : pour le calendrier budgétaire ajusté déjà à ce jour, voir :

 

Voici ce courrier :

Capture d’écran 2020-04-21 à 12.25.41.png

Capture d’écran 2020-04-21 à 12.25.34.png